15/04/2007 Compte Rendu du Sprint de Montpellier par Céline



15/04/2007 Compte Rendu du Sprint de Montpellier par Céline
Beaucoup de nouveautés pour moi et pas les moindres : 3 nouveaux sports (je viens du canoë-kayak : de l’eau, de l’endurance, de la vitesse, mais pas avec les jambes…). Je suis inscrite à mon 1er triathlon.

Bizarrement, je ne stresse pas avant le départ. Genre, fastoche… Peut-être avais-je déjà usé mon appréhension au duathlon de Chessy.

Le stress était plutôt présent bien en amont lorsqu’après avoir validé mon inscription à la vas-vite, ou… sous la pression ;0), je me dis : pourquoi t’as fait ça ? Tu cours comme une m… (si, si, je débute je vous le rappelle), ton vélo n’aime pas les côtes (pourtant je l’ai briefé), et 750m de natation me paraissent une distance Ironman ! Pascal me répétait qu’il n’y avait pas de raison que je n’y arrive pas, que 750m c’est rien comparé aux entrainements, etc. Bah d’accord mais n’empêche que c’est quand même long dans ma tête. Lui, coach Claude et d’autres m’ont rassurée et soutenue. Je me jette donc à l’eau.

Levée à l’aube, j’enfile la tenue club, et après avoir chargé « presque » tous les vélos et autres matériels nécessaires à chacun, nous voilà partis en camion. Angélique stresse et va presque me faire stresser à être stressée comme ça. Mais non, toujours rien.

Il fait beau, le soleil contribue à un état d’esprit volontaire, voire ludique. Je suis contente d’être là ! Accompagnées de nos mentors ou autres triathlètes aguerris, nous récupérons nos dossards et préparons nos affaires. « Dis Fabrice, où on met cette étiquette ? » « De quel côté on met le dossard ? » « C’est quoi le parcours ? » « Et, pourquoi on pose tant de questions ? »

J’ai adopté la stratégie du « on verra bien ».

Une fois changée, je trottine seule pour m’échauffer sans maîtriser ce que je dois vraiment faire. « On verra bien ». Je vais ensuite au parc à vélo où tout est Découverte pour moi. J’y dépose mes affaires en copiant discrètement sur les emplacements déjà prêts. Willy est mon voisin de parc. Il me conseille sur l’organisation de mon espace de transition. Ca me rassure d’avoir un « grand frère » à mes côtés avant le départ. Je mets la combi, je suis déjà en nage. Et Croco qui se badigeonne de vaseline… pourquoi j’ai pas fait comme lui ?!!! C’est galère à enfiler une combi !

Je suis prête.

Les athlètes quittent petit à petit le parc à vélo et se rapprochent du départ. Angélique et moi nous souhaitons le « bon courage » de débutants.

Argh ! L’eau est froide ! Je n’arrive pas à nager le crawl… Je retente, rien. Un petit moment de panique en me voyant potentiellement nager la brasse pendant 750m. Aller, c’est pas grave. « On verra bien ». Après des faux départs et une recherche permanente d’un contact visuel avec des Nanterriens, la course est lancée. Je me prends des pieds, des bras, je brasse un peu. La masse des participants se disperse et permet une nage un peu plus fluide. J’arrive à nager le crawl !!! … en crabe… L’aller jusqu’à la 1ère bouée s’est réalisée en zigzag… Je n’arrive pas à aller droit !!! Non seulement je perds du temps mais surtout je rallonge mon parcours en me retrouvant face à la berge à plusieurs reprises. Je nage en 2 temps, trop essoufflée (ou paniquée ?...) pour nager en 3 temps. On me dira par la suite que beaucoup ont nagé en 2 temps, visiblement une norme. Vrai ? Le passage à la bouée se fait bien et je parviens à nager droit jusqu’à l’arrivée. Je me retourne et je vois encore des nageurs. Cela me rassure même si cela ne signifie pas grand-chose pour la suite de la course. On me tire de l’eau et on m’explose le tibia sur le bord de la rampe. Même pas mal.

J’ôte mon bonnet et mes lunettes (je sais, je n’aurai pas dû, c’est handicapant de les avoir à la main après…) et vois mon ami Montpelliérain Seb venu m’encourager pour l’occasion. Il court avec moi pendant la transition en me disant qu’il allait me montrer des raccourcis pour que j’aille plus vite :0)))

Je quitte difficilement ma combi et vois Fred partir en même temps que moi du parc. « Cool !!! » mais… je sais qu’il va vite me quitter en vélo. Le speaker annonce notre départ du parc et j’entends quelques supporters Nanterriens. Leurs encouragements font leur effet, j’ai envie de bien faire et de découvrir ce sport au mieux.

Je suis sereine, particulièrement parce que « on verra bien ». Inconscience et innocence du débutant j’imagine.

Le vélo se passe bien, assez seule, mais bien. Je suis avec des « Découvertes » et on se double mutuellement. Je les redouble mais ils me lâchent finalement plus loin et partent devant. Je ne suis pas toujours rassurée par le trajet : les voitures, le parcours (si je me trompe, la honte…). Arrivée, je suis assez contente de ma prestation. Je me suis forcée à garder un rythme soutenu, même si celui-ci était faible par rapport aux autres :0(

Je pose le vélo, les jambes un peu tremblantes, je mets rapidement mes baskets et me demande : « par où on sort ? » Un gars m’indique le mauvais côté et se corrige aussitôt en s’excusant. Argh… je ne peux pas lui en vouloir, je n’avais qu’à mieux préparer le parcours.

Je sors du parc et entend à nouveau beaucoup plus d’encouragements de Nanterre. C’est chouette ! Mais cela me signale aussi que certains sont déjà arrivés… Gloups. Seb me suis en vélo pendant les 5km de CAP. Il m’encourage, me parle de temps en temps. Je cours, cours, trouve que c’est quand même long 5km… Je croise Angélique qui dans son effort et fatigue apparente ne me reconnaît pas tout de suite lorsque je l’encourage alors qu’elle avait déjà fait le ½ tour à pied. Aller copine ! Je rattrape et double ceux qui m’ont doublé en vélo, puis un autre coureur qui, à mon passage, m’encourage. Nous décidons de finir ensemble. En me rapprochant de l’arrivée, j’aperçois Fabrice, Christophe, et d’autres (désolée pour ceux que j’oublie) qui m’encouragent puis qui me suivent. Une horde de supporters est là. Ils sont tops ! Ca me donne des – petites - ailes. Mon équipier de CAP faibli à 500m de l’arrivée, il marche. Je lui dis que non ! Qu’il n’a pas le droit de marcher si proche du but ! Alors il repart, peut être un peu étonné qu’une nana le secoue. J’arrive sur la dernière ligne droite, contente d’apercevoir l’arche d’arrivée et la haie d’honneur que mes aînés et ainées ;0) m’avaient préparée. Mais, surprise, un p’tit jeune me double comme une flèche à 100m de du but ultime. Ah non ! Touchée par cette attaque de dernière minute, je lâche mon équipier qui lutte, et sprinte pour essayer d’effacer cet affront, malheureusement sans succès, malgré tout sous la magnifique hola de Nanterre —> 1h32min07sec

Arrivée inoubliable et encourageante. Me voilà triathlète.

Je vous remercie tous pour vos encouragements et conseils qui font chaud au cœur et motive les débutants. Cette course a été une super expérience que j’ai bien l’intention de réitérer.

Moralité : quand la tête avance, les jambes suivent.

A bientôt sur une nouvelle course.

Céline

Samedi 6 Décembre 2008
David Quérel
Lu 455 fois
Accueil Accueil          Partager Partager

Saison 2011-2012 | Saison 2010-2011 | Saison 2009-2010 | Saison 2008-2009 | Saison 2007-2008 | Saison 2006-2007 | Saison 2005-2006 | Saison 2004-2005






L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

ANQUETIL Baptiste
ARNULF Philippe
AUDRAIN Yoan
AVELINE Ludovic
BARADJI Coumba
BARDOUX Gilles

nanterre